Étudier dans une école de japonais au Japon

Mon expérience de 1 an en visa étudiant

Après avoir tant attendu, c’est en début d’année 2018 que j’ai réalisé mon rêve en partant pour la première fois au Japon.

J’avais choisi de ne pas aller au Japon (même pour un court voyage) tant que je n’avais pas terminé mes études en France. À la fin de mon année de Master (bac+5), j’ai commencé à faire ma demande de visa étudiant pour apprendre le japonais dans une école au Japon.

Comme j’ai tendance à préparer mes projets à l’avance, j’avais déjà trouvé l’école dans laquelle je voulais étudier pendant un an au Japon. Toshin Language School est une école dans laquelle de nombreux français ont fait leur visa étudiant au Japon. Suite à avoir échangé longtemps avec certain d’entre eux et après avoir comparé quelques écoles, j’étais sûr de vouloir étudier dans cette école.

Dans ce nouvel article bilan au Japon, je vais donc vous parler de mon année en visa étudiant au Japon à Toshin Language School.

 

Toshin Language School

Présentation de École Tokyo

Toshin Language School est une école située à Tokyo dans la ville de Takadanobaba, un quartier étudiant.

Cette école à l’habitude d’accueillir des étudiants du monde entier, elle vous aide à compléter votre dossier d’inscription et vous forme pour le JLPT. Le JLPT est un examen national au Japon permettant de tester notre niveau de japonais et ainsi obtenir une certification de réussite. De plus, cet établissement vous propose plusieurs logements ainsi que des séjours linguistiques.

Cette école de japonais propose plusieurs formules en fonction de votre visa :

En visa touriste

 Visa Touriste
Cours3 mois = 20h/semaine (196 heures)
Tarifs150 000 yens (~1 195€)
Limites d'inscriptionUne semaine avant la rentrée que vous avez choisi

En visa étudiant

 Visa Étudiant
CoursDe 3 mois à 2 ans = 20h/semaine
TarifsPremière année : 720 000 yens (~5 738€)

Possible deuxième année : 680 000 yens (~5 419€)
Limites d'inscription4 mois avant la rentrée que vous avez choisi

En visa vacances-travail (PVT)

 Visa Vacances-travail
CoursDe 3 mois à 1 an = 20h/semaine
TarifsPar trimestre (tous les 3 mois) : 150 000 yens (~1 195€)
Limites d'inscriptionUne semaine avant la rentrée que vous avez choisi

 

Programme scolaire

En rentrant la première fois à Toshin Language School, vous passez un test de niveau. Cela permet d’avoir une idée de votre niveau en japonais et ainsi vous pourrez évoluer dans votre classe.

Chaque jour, vous étudierez du vocabulaire, de la grammaire, de la conjugaison, votre compréhension écrite et orale. Vous ferez aussi de nombreux exercices écrits et oraux. De plus, vous aurez régulièrement des petits contrôles écrits sur ce que vous aurez appris.

Pour plus d’informations, vous pouvez rejoindre : le site internet de École Tokyo

Tous les 3 mois, vous passez un examen de fin de trimestres sur deux jours pour 4 matières :

    • kanji & vocabulaire,
    • grammaire,
    • compréhension écrite,
    • compréhension orale (CD).

Vous devez obtenir 60 points minimum par matière et si jamais vous n’avez pas cette moyenne, vous repassez la matière en question au rattrapage. Puis si vous réussissez, vous grimpez en classe supérieure. Dans cette école, il n’était pas possible de redoubler deux fois la même classe. Dans ces cas-là, il faut se remettre en question : soit vous n’apprenez pas le japonais, soit vous avez de sérieux problèmes en compréhension. Honnêtement, en apprenant sérieusement, c’est entièrement possible de valider les tests de fin de trimestres. Ne vous mettez pas de pression, vous y arriverez sans problème.

Leur système d’examen de fin de trimestres est pratiquement basé sur le même système pour passer le JLPT. D’une certaine façon, cela vous forme et vous aide à passer le JLPT.

En plus de ces examens à l’école, je passais l’examen national « JLPT ». L’école Toshin vous aide à vous inscrire et à payer les frais. Ensuite vous vous rendez à l’examen du JLPT le jour J (hors école).

 

Mon évolution du japonais au Japon

1er mois de japonais au Japon

En arrivant au Japon, j’avais des bases en japonais que j’avais acquis en France à l’aide de quelques applications mobiles comme « Obenkyo », « JA Sensei » et « Takoboto ». J’ai aussi appris le japonais en autodidacte grâce aux livres de manuels scolaires « Minna no Nihongo » (débutant niveau 1). Je connaissais tous mes hiragana, katakana et mes kanji de niveau 5 très bien. Mais je ne savais pas encore parler japonais.

Le premier jour à l’école au Japon était un jour de test afin de nous classer par niveau. En obtenant les résultats du test, je ne vous cache pas que j’ai été un peu déçu lorsque j’ai appris que j’allais être dans une classe de semi-débutant. Après quelques semaines, je me suis rendu compte que la classe dans laquelle je me situais correspondait parfaitement à mon niveau. J’imagine que chaque école de japonais a sa propre organisation de classes et avec un peu de recul, je pense que l’école Toshin est bien organisée.

Il y a plusieurs niveaux de classes de débutants, intermédiaires et avancés. Chacun de ces niveaux contiennent des sous classes (par exemple : des intermédiaires entre les niveaux). Cela peut être un peu compliqué au début mais c’est une bonne façon d’indiquer qu’elle est votre niveau de façon très exacte. Dans le test, il faut être capable de connaître tous les hiragana et katakana, quelques kanji ainsi que de la grammaire en japonais. Ce test permet uniquement de savoir quel est votre niveau en japonais, donc il est inutile d’étudier comme un fou pour réussir ce test. En effet, si vous ne savez ni lire, ni écrire le japonais, et bien ne vous inquiétez pas, vous êtes là pour apprendre et à vous améliorer.

En se rendant dans une école de japonais au Japon, les projets de chacun sont différents. Pour ma part, j’avais (et j’ai toujours) pour objectif d’améliorer mon japonais afin de communiquer dans la vie de tous les jours mais aussi pour trouver du travail après mes études.

Si il y a bien une chose que vous allez faire au Japon lors de votre arrivé, c’est bien de profiter de la vie. Vous allez faire des connaissances, sortir avec des amis, restaurant, bar, centre de jeux, et j’en passe.

Dès mon arrivé au Japon, quand je commençais à sortir seul, je parlais en anglais ou j’essayais d’utiliser des mots en japonais. Mais ce n’était pas toujours aussi simple car le soucis c’est que les japonais ne savent pas tous parler anglais. Donc, très souvent, il m’arrivait de vouloir dire des choses que je ne pouvais simplement pas dire. Et je peux vous dire qu’il n’y a rien de plus frustrant car vous passez à côté de nombreuses opportunités.

Je me rappelle également d’une soirée que j’avais passé avec des amis français (qui eux savaient parler japonais) avec des japonais et d’autres nationalités étrangères. Mon niveau d’anglais n’était pas non plus excellent. En résumé, j’essayais plus de comprendre ce que les personnes disaient que je ne parlais. Encore une fois, même si la soirée était bonne, j’étais frustré de ne pas parler japonais avec les quelques japonais.

À ce moment-là, mes échanges en japonais ne tenaient même pas une minute. C’était une période à la fois superbe pour la découverte du Japon mais également frustrante pour la communication avec les japonais.

Je pouvais uniquement parler japonais avec les autres étudiants de ma classe car nous apprenions tous la mêmes choses avec le même niveau.

 

3 mois de japonais au Japon

Pendant les 3 premiers mois, mon niveau de japonais s’améliorait de jour en jour. Comme j’allais à l’école tous les jours, du lundi au vendredi et de 13h à 16h30 en pratiquant l’écrit comme l’oral, je progressais. Chaque jour, le professeur vous donne des devoirs à faire pour le jour suivant et en plus des devoirs je révisais mon japonais.

Après chaque journée de cours, la première chose qu’on souhaite est de s’amuser à l’extérieur avec les amis, manger au restaurant ou au bar et rentrer à pas d’heure. C’est tout à fait compréhensible, mais honnêtement si vous êtes débutant en japonais comme c’était le cas pour moi, je vous recommande vivement de prioriser vos devoirs et vos révisions avant de vous amuser. En effet, je me rends compte aujourd’hui (après un an de visa étudiant) que les devoirs étaient vraiment lourds mais en les ayant fait sérieusement chaque jour, mon niveau de japonais a bien évolué.

Cependant, après seulement 3 mois de japonais au Japon, même si j’allais à l’école tous les jours, que je faisais mes devoirs ou que j’étais assidu, mon niveau de japonais évoluait vraiment doucement.

Certaine personne ont tendance à dire qu’ils savent parler japonais après 3 mois d’étude de japonais. Franchement c’est possible d’avoir un niveau conversationnel après 3 mois de cours si vous vous forcez à parler chaque jour (à l’école et à l’extérieur de l’école) avec n’importe qui en japonais. Il ne faut absolument pas avoir peur de se tromper ou dire des bêtises. Il faut constamment pratiquer le japonais chaque jour.

Honnêtement, je n’étais pas de cette catégorie de personne. Donc en ce qui me concerne, après 3 mois d’apprentissage de japonais, mon niveau était nettement meilleur mais pas assez pour tenir une vraie conversation.

 

6 mois de japonais au Japon

C’est seulement après 6 mois que j’ai pu enfin tenir des conversations de plus de 20 minutes en japonais. Dit comme cela, ça semble peu mais quand vous repensez aux jours où vous avez débuté, ça vous semblera beaucoup.

Je m’étais rendu au restaurant avec un coréen de ma sharehouse et j’ai pu échanger en japonais avec lui pendant toute la soirée. En soit, le contenu de la conversation n’était pas incroyable mais il y avait un échange. Je pouvais me faire comprendre et le comprendre. Et il n’y avait rien de plus réconfortant.

Après 6 mois au Japon, je me sentais beaucoup plus à l’aise en japonais. Bien entendu, mon niveau n’était pas encore parfait et j’avais encore énormément à apprendre mais je pouvais créer un échange conversationnel et rencontrer de nouvelles personnes en parlant japonais.

Toujours à cette période de l’année, je continuais d’apprendre à l’école, en faisant mes devoirs et en révisant mon japonais. Je faisais de plus en plus de connaissances et je m’efforçais de rencontrer des japonais pour améliorer mon niveau.

De plus, je travaillais pour mon deuxième travail à temps partiel (baito) dans un restaurant français dans lequel j’étais serveur. Cela m’aidait davantage dans mon apprentissage du japonais.

J’étais tellement fier de ma progression, que j’ai poursuis mon apprentissage en faisant toujours plus d’effort à l’école. D’ailleurs j’avais monté dans deux nouvelles classes supérieures.

 

1 an de japonais au Japon

C’est enfin que mon année en visa étudiant au Japon touchait à sa fin, et mon niveau de japonais commençait à se stabiliser. C’est-à-dire que j’avais atteint un niveau conversationnel me permettant de parler et d’écrire en japonais, tout en me faisant comprendre et je comprenais ce qu’on me disait.

Après 9 mois à l’école Toshin Language School, j’avais redoublé ma classe pour la première fois car le niveau se complexifiait. Mais cela ne me décourageait pas pour continuer d’apprendre. Je suis donc allé jusqu’au bout de mon enseignement et même si j’ai redoublé, mon niveau de japonais continuait d’évoluer.

Le dernier jour d’école, votre professeur vous remet un certificat qui indique que vous avez étudié le japonais à l’école Toshin Language School au Japon.

Après mon visa étudiant, j’ai choisi de ne pas renouveler mon visa sur une deuxième année. Je suis rentré en France pendant un mois et demi pour faire une demande visa vacances-travail au Japon.

 

Mon avis sur le visa étudiant

Si il y a bien une chose à savoir et qui m’a permis d’en arriver là, c’est qu’il ne faut pas abandonner même si vous allez rencontrer des moments difficiles. Il faut persévérer, ne jamais lâcher prise.

J’ai commencé à tenir des conversations après 6 mois mais bien entendu, mon cas ne sera pas le même pour quiconque qui apprend le japonais. Tout dépend de votre implication dans votre apprentissage. Honnêtement, sans apprendre le japonais avant de venir au Japon et en apprenant le japonais dans une école au Japon, je pense qu’il est possible d’avoir un bon petit niveau conversationnel après 5 mois.

Ce qui m’a également réconforté, c’est mon niveau d’anglais. Bien que j’apprenais l’anglais en France dans toutes mes classes, mon niveau était limité. Au Japon, à mes débuts, j’ai surtout utilisé l’anglais que le japonais et cela m’a également permis de progresser en anglais.

Au début, j’avais tendance à me dire que je n’étais pas fait pour les langues vivantes. Mais en allant seul au Japon pour étudier le japonais dans une école, je me rend compte aujourd’hui que finalement, je ne suis pas si mauvais en langues vivantes et c’est même encourageant pour la suite.

Alors si vous voulez apprendre le japonais et que vous voulez découvrir le Japon de vos propres yeux, je vous encourage vivement à faire une demande de visa étudiant pour le Japon. C’était la première fois que je partais seul et très loin de chez moi, mais c’était une expérience à la fois incroyable et inoubliable.

Cet article vous a plu ?

Soyez au courant de la sortie des nouveaux articles

Vous aimerez aussi…

Mes autres retours d’expériences au Japon

Travailler à Yamato au Japon

Travailler à Yamato au Japon

Je vous parle de mon incroyable expérience d’une semaine de baito dans le tri de colis à Yamato transport au Japon

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *