Shibuya, le quartier des jeunes à Tokyo

Shibuya, le quartier des jeunes à Tokyo

Shibuya

Guide à Shibuya

Transport

Trains & métros

Visite

Découverte

Organisation

Préparez-vous

Commentaire

Votre avis

Shibuya (渋谷) est un des 23 quartiers de Tokyo et il est l’un des plus populaire de la capitale. En effet, le quartier de Shibuya est connu pour son plus grand carrefour du monde avec 3 grands passages piétons.

Cet arrondissement de Tokyo est très prisé par les jeunes japonais, les touristes et des artistes afin de profiter des nombreuses animations, des bars, des restaurants et des boîtes de nuit.

Se rendre à Shibuya

Informations

Pour aller à Shibuya, vous pouvez acheter un ticket de train en gare.

Toutefois, il est recommandé d’utiliser une carte de transport (8€) que vous pouvez recharger facilement.

Guide d’utilisation : carte de transport Suica

Transports à Shibuya

Logo Yamanote Line

Yamanote Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Ginza Line logo

Ginza Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Shonan-Shinjuku line logo

Shonan-Shinjuku Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Inokashira line logo

Inokashira Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Narita Express line logo

Narita Express

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Hanzomon line logo

Hanzomon Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Fukutoshin line logo

Fukutoshin Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Den-En-Toshi line logo

Den-en-Toshi Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Saikyô line logo

Saikyô Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Tôyoko line logo

Tôyoko Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Saphir Odoriko line logo

Odoriko Line

Accessible à partir de la gare de Shibuya

Découvrir Shibuya

Visite guidée à Shibuya

Visite

Lieux à visiter

Restaurant

Un petit creux ?

Activité

Événements

Voir plus

Plus de guides

Shibuya est un quartier très animé qui attire beaucoup de monde, aussi bien de jour comme de nuit. De nombreux touristes et habitants locaux se rendent à Shibuya pour profiter des nombreuses animations. Toutefois je dois reconnaitre que la vie nocturne est bien plus appréciable que la journée.

En effet, le quartier jeune de Shibuya est idéal pour se retrouver entre amis, pour manger au restaurant, boire dans des izakaya et des bars, ou encore aller en boîtes de nuit.

Au-delà de son animation, non loin du quartier de Shibuya, il vous sera possible de découvrir le grand parc de Yoyogi et le sanctuaire Meiji-jingu près du quartier de Harajuku.

Lieux populaires à Shibuya

En sortant de la gare de Shibuya, vous ferez face à de grands bâtiments sur lesquels défilent de nombreux panneaux publicitaires.

En vous retournant, vous ferez également face au nouveau gratte-ciel de Shibuya « Shibuya Scramble Square », une tour de 229,71 mètres de hauteur inaugurée en 2019.

La tour de Shibuya contient des restaurants et des magasins, des événements mais surtout le « Shibuya Sky », un observatoire permettant de profiter d’un panorama sur la ville de Shibuya.

Avant de traverser le grand carrefour de Shibuya, vous trouverez sur le côté gauche, quelques bancs dont la statue d’un chien. Il s’agit du chien Hachikô, une icône de Shibuya.

Né le 10 novembre 1923 et mort le 8 mars 1935, Hachikô (ハチ公) est un chien de race Akita. Il est célèbre au Japon pour avoir attendu tous les jours, pendant dix ans, son maître à la gare de Shibuya après la mort de ce dernier.

Érigée en son honneur à la gare de Shibuya, la statue de Hachikô est située en face du Shibuya Crossing, et est aujourd’hui un lieu incontournable pour se donner rendez-vous entre amis.

Manger et boire à Shibuya

Restaurants à Shibuya

Éparpillés aux quatre coins du quartier, en venant à Shibuya, vous aurez la chance d’avoir le choix parmi un nombre incalculable de restaurants, de bars et d’izakaya. En vivant au Japon pendant 2 ans, bien entendu, je n’ai pas testé tous les restaurants de Shibuya, mais je me suis rendu souvent dans certain d’entre eux.

Alcatraz E.R.

S’il y a bien un restaurant à découvrir à Shibuya, c’est bien celui du « Alcatraz ER ». Il s’agit d’un restaurant sur le thème de l’hôpital psychiatrique et de la prison.

En entrant dans ce restaurant, tout est respecté : la décoration, le rôle des serveurs, l’ambiance, les effets sonores et les bons plats qui vous attendent.

Au menu, il vous sera possible de manger et boire toutes sortes de plats et boissons avec des noms déjantés. À certains moments de la soirée, le restaurant éteint les lumières quelques minutes pour vous plonger dans une ambiance d’horreur. Bien que le coût du menu soit un peu plus cher que les restaurants normaux, le thème du Alcatraz E.R. est totalement respecté.

Bars et izakaya à Shibuya

Les izakaya au Japon sont comme nos bistrots en France. Cet établissement permet principalement de boire un coup. Il est souvent prisé par les salaryman, après une longue journée de travail. Il existe environ 20 000 izakaya au Japon.

Comme je me rendais régulièrement à Shibuya, je commençais à avoir ma petite routine. Avec un ami, nous nous donnions rendez-vous presque tous les vendredis soirs dans le même izakaya à Shibuya.

Rakuchin (楽椿ーラクチン)

J’avais découvert cet izakaya du nom de « Rakuchin (楽椿ーラクチン) » dans un coin reculé du quartier de Shibuya. L’izakaya est assez petit mais l’ambiance est au rendez-vous. Notamment grâce aux cuisiniers et serveurs qui animent le restaurant en préparant vos commandes sous les yeux.

Les étrangers se font quasiment rares au Rakuchin, alors quand vous y retournez plus d’une fois, vous devenez toujours plus accueilli. Les plats sont délicieux et sont servis en petites quantités. Vous pourriez y boire une pinte de bière et des avocats fries, des sashimi fraichement servis ou encore ce savoureux maquereau coupé en tranches, brûlé au chalumeau et assaisonné en jus de citron.

Lorsque l’izakaya Rakuchin était plein, nous nous rendions non loin de là, dans un autre izakaya. Celui-ci se nommait « Sumire », il était beaucoup plus grand (3 étages) et également éloigné du centre de Shibuya, notamment près des love hôtels. Cet izakaya vous permettra de boire des pintes de bières pour moins d’1 euro.

Lorsque nous sortions de l’un de ces deux izakaya, nous étions prêt à poursuivre et profiter de notre soirée. En effet, bien que ces deux izakaya étaient éloignés de l’animation de Shibuya, il nous rapprochait des boîtes de nuit de Shibuya.

Activités à Shibuya

Boîtes de nuit à Shibuya

Shibuya regorge d’animation, ce qui vous permettra de profiter de votre soirée aussi bien dans un izakaya, qu’au « british pub hub » ou en restaurant avant de vous rendre en boîte de nuit.

Dans ce quartier, vous aurez l’embarras du choix puisqu’il existe un certain nombre de clubs de nuit en tout genre. Pour en avoir testé plus d’une, je peux vous les décrire et vous en recommander certaine.

TK-Nightclub

  • Il s’agit de la première boîte de nuit que j’ai pu découvrir au Japon. Avec un ami, nous y sommes allé un peu aléatoirement sans trop savoir ce qu’on voulait faire. C’était le moment où je découvrais la vie nocturne de Shibuya. Nous sommes arrivés pratiquement à l’ouverture, et à part boire un peu, nous n’y sommes pas resté longtemps. En tout cas, je peux vous dire que c’est assez spacieux à l’intérieur et que des tables hautes et des canapés sont mis à disposition. Un peu plus tard lors de mon voyage au Japon, j’ai déjà remarqué plusieurs files d’attente pour entrer au TK, donc j’imagine qu’elle doit être appréciée.

Jumanji 33

  • Proche du TK, et boîte jumelle du Jumanji 55 de Roppongi, le Jumanji 33 est une nouvelle boîte de nuit qui a ouverte ses portes en 2019. Et qui dit nouveau club de nuit, dit tarif très bas. Que ce soit l’entrée ou les boissons alcoolisées, les prix étaient imbattables ! Contrairement à la boîte de Roppongi, le Jumanji 33 était plus petit mais permettait d’offrir une bonne ambiance.

Atom Tokyo

  • Il s’agit de la boîte de nuit dans laquelle je me suis rendu le plus de fois au Japon. Ce club de nuit est divisé en quelques étages offrant des genres musicaux différents, qui plairont à tous. Le rez-de-chaussée est très spacieux et vous propose du RnB, du rap américain et du reggaeton. Cette première salle dispose d’un long bar et des tables hautes pour y boire un coup. En prenant un ascenseur, vous arriverez dans une grande salle encore une fois, vous proposant des genres musicaux EDM pour la plupart. En empruntant ensuite les escaliers, vous parviendrez à la salle la plus ambiancée de l’Atom Tokyo, à savoir des genres musicaux underground : moombahton, trap music et d’autres genres électroniques. Enfin, le dernier étage, beaucoup plus petits que les précédents offraient des sons plus reposants et permettait d’y fumer et boire un coup. Il était possible de trouver des toilettes à tous les étages. Autant dire que selon moi, cette boîte de nuit était complète. D’après moi, elle est la meilleure boîte de nuit de Shibuya.

Harlem

  • Voisine de l’Atom Tokyo, la boîte de nuit Harlem s’adresse particulièrement aux fêtards qui écoutent du rap principalement. Les genres musicaux s’orientent autour de ce style. Je m’y étais rendu gratuitement avec un ami, grâce à une japonaise qu’on avait rencontré au Hub de Shibuya, qui connaissait un des DJs. Cela m’a permis de découvrir l’ambiance de Harlem. Bien que j’aime également le rap américain, ce jour-ci je n’y ai pas trouvé la même ambiance que les autres boîtes de nuit de Shibuya.

WOMB

  • Enfin, pour terminer ce tour des boîtes de nuit à Shibuya, le WOMB en est une autre que j’ai pu tester à de nombreuses reprises. Le WOMB est situé dans une rue moins peuplée, derrière l’Atom Tokyo. Cette boîte de nuit attire peu de fêtards mais j’ai particulièrement apprécié ce club pour son authenticité. En effet, le WOMB est un des seuls clubs de nuit de Shibuya a accueillir des DJs populaires du monde de l’électronique musique underground. Au WOMB, j’ai notamment pu m’ambiancer sur la mixtape du DJ Erick Morillo, spécialisé dans la Tribal House.

Halloween à Shibuya

On peut dire que Shibuya est aussi devenu très populaire grâce à ses événements, notamment la fête de Halloween. Le soir de Halloween, Shibuya est blindé de monde et fait place à de nombreux cosplayeurs, des artistes, des photographes et toujours plus de fêtards. Certains spots de Shibuya font place à des rencontres inoubliables, notamment près du Family Mart et du Méga Donki.

La veille d’halloween à Shibuya est plus appréciable car il y a moins de monde mais votre soirée sera tout aussi agréable. D’ailleurs en ce qui me concerne, la première fois que j’ai fêté Halloween à Shibuya, j’ai pu me rendre à un meeting organisé par Rodolphe (photographe) et Monor (Youtubeur). Ce meeting m’a également permis de rencontrer d’autres français aussi passionnés que moi par le Japon. Ce soir là, nous avions mangé ensemble dans un excellent restaurant. Puis nous nous sommes promenés toute la nuit dans Shibuya, en trainant notamment près du Méga Donki et des Family Mart.

Préparez votre visite à Shibuya

Préparer son sac pour Shibuya

Pour bien préparer votre visite à Shibuya, il est recommandé de ne pas partir le sac vide. En effet, en vous équipant d’une batterie portable et d’une serviette en microfibre, vous rendrez votre promenade tout de suite plus agréable.

À Shibuya, vous croiserez régulièrement des distributeurs automatiques pour vous désaltérer ou des supérettes (Seven eleven, Family mart, Lawson…) pour les petites faims.

Trouver un guide à Shibuya

Réserver un hôtel à Shibuya

logo Booking.com

Ce guide vous a plu ?

Soyez au courant de la sortie des nouveaux guides

Derniers guides à Tokyo

Partagez votre avis

Entretien d’embauche au Japon

Entretien d’embauche au Japon

Entretien d’embauche au Japon

Pour vivre au Japon et obtenir votre premier visa de travail, vous allez devoir préparer un entretien d’embauche afin de vous donner toutes les chances de trouver un travail au Japon.

À travers ce guide, je vais vous parler de mon expérience lorsque j’ai cherché un emploi à temps plein au Japon. Après avoir vécu des expériences professionnels en baito, je voulais cette fois-ci obtenir un emploi dans un domaine que je maitrisais.

Pour trouver un job en informatique en tant qu’étranger au Japon, je devais me donner toutes les chances pour réussir.

C’est pourquoi, après avoir postulé à des sociétés japonaises, j’ai préparé et passé plusieurs entretiens et grâce à cette expérience, j’ai retenu les points qui permettraient à quiconque de réussir ses entretiens d’embauche au Japon.

Se préparer à un entretien d’embauche au Japon

Questions fréquentes sur les entretiens au Japon

Grâce à tous les pré-requis que vous avez réuni et aux plateformes en ligne, vous avez pu déjà recevoir de nombreuses réponses. Après avoir analysé votre profil et votre lettre de motivation, des employeurs vous ont directement proposés une date pour un entretien d’embauche. Une fois de plus vous pouvez vous féliciter. Si vous obtenez plusieurs propositions d’entretien, c’est que votre profil professionnel est intéressant, que vous avez réussi à vous vendre à travers votre CV et votre lettre de motivation.

La dernière étape va déterminer si oui ou non vous serez capable de travailler pour l’entreprise dans laquelle vous postulez et si vous serez à la hauteur des objectifs attendus. Pour réussir votre entretien, il faudra répondre à ces problématiques et vous vendre aussi bien que dans vos CV.

Passons à une série de questions intéressantes.

« Est-ce que je peux réussir un entretien même si je ne sais pas parler japonais ? »

Si vous postulez pour une entreprise japonaise, il vaut mieux avoir au moins un niveau conversationnel en japonais. Même si certaine entreprise japonaise connaisse l’anglais, je vous suggère de partir sur le principe que si vous postulez pour une entreprise japonaise, attendez-vous à parler uniquement en japonais. Vous pouvez bien entendu réussir un entretien si vous communiquez en anglais (selon l’entreprise).

« Quelles sont toutes les difficultés d’un entretien au Japon ? »

Comme vous êtes au Japon et donc dans un pays étranger, la première difficulté que vous allez rencontrer est la barrière de la langue. Si vous ne savez ni parler anglais ni japonais, il est certain que ça va être très difficile pour vous. Si vous parlez juste anglais, vous pouvez trouver de très bon emploi car il n’y a pas que des entreprises japonaises au Japon.

En France, j’avais tendance à me préparer avant le passage d’un entretien, préparer les réponses aux questions qu’on pourrait me poser par exemple. Mais ici au Japon, c’était différent. À moins de maîtriser complètement le japonais, il est possible de préparer des réponses pour d’éventuelles questions pièges. Mais quand on ne maîtrise pas complètement le japonais tel que moi, la meilleure façon de réussir ses entretiens, c’est de les enchaîner et d’en tirer une expérience à chaque fois. Au bout d’un moment, tout deviendra naturel et c’est à ce moment-là que obtiendrez votre emploi.

« Comment se passe un entretien au Japon ? »

Parmi tous les entretiens que j’ai passé, je retrouve la même routine, les mêmes questions. Mais l’entretien sera différent si vous postulez pour un travail à temps-partiel et un travail à temps plein.

Préparer un entretien d’embauche pour un baito

  1. L’employeur se présente, présentez-vous aussi.
  2. L’employeur va présenter l’entreprise, ce qu’ils font et ce qu’ils recherchent.
  3. À ce moment-là, vous vous présenterez et vous direz ce que vous recherchez.

Les entretiens d’embauche pour les emplois à temps-partiel sont très simples. Selon moi, vous serez retenu à 90%. La seule raison qui pousserait l’employeur à ne pas vous retenir, serait que la communication (en anglais ou en japonais) ne se fasse pas.

Préparer un entretien d’embauche pour un visa de travail

  1. L’employeur se présente, présentez-vous aussi.
  2. L’employeur va vous poser plusieurs questions sur votre profil en regardant votre CV. Vous pouvez toujours apporter plus de précisions dans vos réponses que vous n’avez pas détaillé dans votre CV.
  3. Dans d’autres cas, l’employeur peut directement vous demander de vous présenter, ce que vous recherchez, ce que vous savez faire, etc.
  4. Ensuite, l’employeur parlera de votre portfolio (si vous en avez un), de vos projets et ce que vous avez déjà réalisé. C’est la raison pour laquelle je disais que le portfolio est important. Le portfolio va considérablement vous aider dans un entretien.

Ce n’est pas facile de déterminer si votre entretien est réussi ou non. Généralement après l’entretien, je réfléchis à toutes les erreurs que j’aurai pu commettre pour ne pas les reproduire lors de nouveaux entretiens. Personnellement, ma première difficulté est la barrière de la langue japonaise. J’ai un niveau conversationnel et je ne connais pas le langage honorifique (keigo). J’ai réussi à obtenir du premier coup tous les emplois à temps-partiels pour lesquels j’ai postulé et j’ai réussi deux entretiens pour un travail à temps plein en informatique. J’ai passé tous mes entretiens en japonais et j’utilise vraiment l’anglais en dernier recourt.

« Est-ce que je dois avoir le JLPT pour travailler dans une entreprise au Japon ? »

    Pour postuler dans une entreprise à temps-partiel (arubaito), on m’en a personnellement jamais demandé et cela peut se comprendre. S’il s’agit d’un travail manuel, vous communiquerez très peu, donc le JLPT ne vous sera d’aucune utilité.

    Par contre pour postuler dans une entreprise en informatique à temps plein, si c’est une grande entreprise on vous le demandera certainement. Personnellement je n’ai aucun JLPT et cela ne m’a jamais empêché d’obtenir un travail à temps plein en informatique au Japon. Si vous prouvez pendant l’entretien que vous êtes à l’aise en japonais, que la communication se fait facilement, que vous comprenez les questions et que vous savez y répondre, le JLPT vous sera d’aucune utilité.

    Grâce à cet article, vous pouvez maintenant renforcer votre profil professionnel afin de le rendre meilleur que la concurrence et vous pouvez préparer vos futurs entretiens pour les réussir et ainsi obtenir votre premier contrat dans une entreprise au Japon.

    Cet article vous a plu ?

    Soyez au courant de la sortie des nouveaux articles

    Guides d’emploi au Japon

    Travailler à Yamato au Japon

    Travailler à Yamato au Japon

    Je vous parle de mon incroyable expérience d’une semaine de baito dans le tri de colis à Yamato transport au Japon

    Partagez votre avis

    CV et lettre de motivation en japonais

    CV et lettre de motivation en japonais

    CV et lettre de motivation en japonais

    Pré-requis pour avoir un travail au Japon

    Lorsque vous postulez à des offres d’emplois au Japon, sachez que la concurrence est présente. Vous ne serez pas les seul(e)s à postuler mais à l’aide de mes recommandations, vous allez obtenir le meilleur profil pour que vous vous démarquiez de la concurrence. Les pré-requis qui vont donc vous permettre de renforcer votre profil sont les suivants :

     

      • Un CV en anglais,
      • Un CV en japonais,
      • Une lettre de motivation,
      • Une expérience dans un domaine,
      • Un portfolio (recommandé pour les secteurs techniques).

    Un curriculum vitae japonais/anglais (CV)

    Bien que vous soyez au Japon, vous n’allez pas forcément postuler uniquement pour des entreprises japonaises. En effet, au Japon il existe également des entreprises étrangères. Mais pour que votre profil soit le plus remarquable possible, vous allez rédiger un CV à la fois anglais et en japonais. Si vous n’avez jamais écrit de CV en japonais, pas de panique, je vous en dit plus un peu plus bas. Si vous voulez postuler pour une entreprise française, évidemment vous fournirez un CV en français.

    Une expérience professionnelle

    En France, selon les études que vous faîtes vous pouvez obtenir plus d’expériences professionnelles que d’autres. Par exemple, si vous faîtes une terminale (peu importe laquelle), à la sortie vous aurez votre Baccalauréat et rien d’autres. Alors que si vous faîtes un Bac professionnel, à la sortie vous obtiendrez votre diplôme ainsi qu’une expérience professionnelle à travers les stages que vous aurez effectué pendant vos années d’études.

    Après le Bac, si vous entrez à l’université (la fac), il est difficile d’obtenir une réelle expérience professionnelle. Éventuellement, vous pouvez utiliser l’expérience que vous avez acquis lors de vos projets étudiants ou lors des TP. Alors que si vous entrez en écoles supérieures (BTS, Licence, Master), vous allez à la fois obtenir une expérience professionnelle à travers des stages, des travaux pratiques (TP), des projets étudiants ou encore en alternance.

    Un portfolio

    Un portfolio est un site web qui vous permet d’exposer vos compétences personnelles, vos expériences professionnelles mais surtout vos projets/TP. C’est une sorte de CV beaucoup plus détaillés consultable en ligne.

    Au Japon, si vous recherchez un travail dans un domaine qui ne requiert pas la preuve que vous savez le maîtriser, on ne vous demandera pas de portfolio (exemple : restaurant, professeur d’anglais ou de français, etc.). Alors que si vous recherchez un travail dans le secteur de l’informatique (ou autre domaine technique), il est très probable qu’on vous demandera un portfolio. Si vous en avez pas, ce n’est pas grave mais si vous voulez avoir un profil exceptionnel, je vous recommande vivement d’avoir le vôtre.

    Préparer un CV au Japon

    Faire un CV en anglais

    Si vous avez déjà travaillé en France, vous avez certainement un CV sous la main qui vous a permis d’obtenir un emploi en France (pour un stage, emploi en CDD ou CDI, alternance, etc.). Pour rédiger votre CV en anglais, vous pouvez parfaitement réutiliser votre CV français et le traduire en anglais.

    Dans votre CV, vous devez obtenir les éléments suivants :

    Contact :

      • Nom, prénom, âge, nationalité,
      • Numéro de téléphone portable, email,
      • Portfolio,
      • Linkedin (optionnel),
      • Permis de conduire (optionnel).

    Compétences professionnelles :

    Si vous avez différentes compétences, choisissez une catégorie de compétences qui sont liées au travail que vous voulez.

    Langues :

    Listez les langues que vous savez parler avec le niveau de maîtrise.

      • Niveau débutant (en japonais : JLPT 5),
      • Niveau conversationnel (en japonais : JLPT 3),
      • Niveau intermédiaire (en japonais : JLPT 3/2),
      • Niveau technique/business (en japonais : JLPT 2/1),
      • Niveau bilingue (en japonais : JLPT 1).

    Expériences Professionnelles :

    Listez les entreprises dans lesquelles vous avez déjà travaillé que ce soit en France ou partout ailleurs.

    Si vous avez peu d’expériences professionnelles et qu’elles n’ont aucun rapport avec ce que vous recherchez aujourd’hui, écrivez-les quand même.

    Si vous avez de nombreuses expériences professionnelles, écrivez uniquement celles qui ont un lien avec le travail que vous recherchez.

      • Formations : listez les écoles dans lesquelles vous avez étudiez que ce soit en France ou partout ailleurs.
      • Centres d’intérêts : listez des activités qui vous apportent un intérêt dans votre vie personnelle et professionnelle.
        • Activité physique,
        • Passe-temps qui se rapproche le mieux au travail que vous recherchez,
        • Comme vous êtes au Japon, cela peut être une activité en rapport avec le Japon : découvrir la culture japonaise, écouter de la musique, regarder des animés, prendre des photos etc.

      Faire un CV en japonais

      CV Japonais modèle
      Contrairement à votre CV français/anglais, la personnalisation d’un CV japonais est totalement différente. En effet, en France vous pouvez personnaliser votre curriculum vitae de toutes les manières possibles mais au Japon, il existe un CV standard. Vous ne pouvez pas le personnaliser, vous pouvez uniquement ajouter le contenu de votre CV.

      Partie A : Contact

      A1- Date du jour :
      Remarque : l’année en japonais doit correspondre à l’année du règne au Japon

      Exemple : 31 10 1

      A2- Votre photo d’identité

      A3- Votre nom et prénom (en katakana),

      A4- Votre nom et prénom (en romaji),

      A5- Votre date de naissance et votre âge :
      Remarque : l’année en japonais doit correspondre à l’année du règne au Japon
      Exemple : 4 2 21日生 (満 27)

      A6- Votre sexe :
      Exemple :  = Homme
      Exemple :  = Femme

      A7- Votre numéro de téléphone portable,

      A8- Votre adresse de résidence au Japon :

      Remarque : Si vous avez déclarez votre adresse de résidence au Japon, votre adresse est inscrite au dos de votre carte de résidence

      Exemple : 150 – 0002 東京都渋谷区渋谷2丁目22−11 1・2階 渋谷フランセ奥野ビル

      Partie B : Formations scolaires
      Première ligne du tableau
      B1- Année d’entrée (du règne japonais) de votre formation scolaire,

      B2- Mois d’entrée de votre formation scolaire,

      B3- Votre formation scolaire :

      Remarque : indiquez la ville, le nom de l’école ainsi que le type d’école en japonais
      Aide : primaire = 小学校, collège = 中学校, lycée = 高等学校, école supérieure/université = 大学, entrée dans l’école = 入学

      Exemple pour la première ligne du tableau : 平成15 | 9月 | Ville où se situe l’école で Nom de l’école (中学校入学

      Deuxième ligne du tableau
      B1- Année de sortie (du règne japonais) de votre formation scolaire,

      B2- Mois de sortie de votre formation scolaire,

      B3- Votre formation scolaire :

      Remarque : indiquez la ville, le nom de l’école ainsi que le type d’école en japonais

      Aide : primaire = 小学校, collège = 中学校, lycée = 高等学校, école supérieure/université = 大学, remise de diplôme (correspond à la sortie de l’établissement scolaire) = 卒業

      Exemple pour la deuxième ligne du tableau : 平成19 | 6月 | Ville où se situe l’école で Nom de l’école (中学校卒業

      Partie C : Expériences professionnelles

      Première ligne du tableau (entrée dans l’entreprise), la deuxième ligne du tableau correspondra à la sortie de l’entreprise

      C1- Année d’entrée (du règne japonais) de votre expérience professionnelle,

      C2- Mois d’entrée de votre expérience professionnelle,

      C3- Votre expérience professionnelle :

      Remarque : indiquez la ville, le nom de l’entreprise ainsi que le type de contrat en japonais
      Aide : travail à temps-partiel = アルバイト, apprentissage/alternance = ラーニング, stage = インターンシップ

      Exemple pour la première ligne du tableau : 平成21 | 1月 | Ville où se situe l’entreprise で Nom de l’entreprise (アルバイト)

      Partie D : Licences/Qualifications

      Cela correspond par exemple à un permis de conduire, un certificat obtenu par une formation en ligne, un score au TOEIC ou JLPT etc.

      D1- Année (du règne japonais) de l’obtention de votre qualification,

      D2- Mois de l’obtention de votre qualification,

      D3- Votre qualification.

      Partie E : Motivations

      E1- Expliquez en japonais votre motivation pour rejoindre l’entreprise dans laquelle vous postulez :

      Remarque : Il existe une deuxième version de ce CV japonais qui comporte les mêmes informations. Une partie supplémentaire est ajoutée dans la seconde version, avec le titre « 自己PR » qui correspond à la rédaction de la lettre de motivation.

      Partie F : Souhaits

      F1- Expliquez en japonais vos souhaits pour rejoindre l’entreprise dans laquelle vous postulez (le salaire, le type d’emploi, les heures de travail, le lieu de travail, etc.).

      Préparer une lettre de motivation au Japon

      La lettre de motivation, je pense que tout le monde la connaît. Il s’agit bien en effet de celle qu’on néglige le plus et qui pourtant pourrait en dire beaucoup sur votre expérience professionnelle.

      Au Japon, bien que certaine entreprise ne prête pas attention à la lettre de motivation, en tant qu’étranger je recommande personnellement d’en écrire une. Selon moi, la meilleure façon de se faire remarquer, c’est de présenter plus de documents que pas assez. Jusqu’à présent j’ai toujours écrit une lettre de motivation et j’ai obtenu plusieurs fois des emplois en informatique.

      À priori, dans le CV japonais (partie E), vous devriez avoir écrit quelques lignes sur vos motivations personnelles :

      • S’il s’agit donc d’une candidature pour une entreprise japonaise, vous pouvez utiliser votre CV japonais,
      • S’il s’agit d’une entreprise internationale, je vous recommande de rédiger une lettre de motivation en anglais (et en français).

      Dans votre lettre de motivation, vous devez avoir les éléments suivants :

      • Très courte présentation :
        • qui vous êtes ? (prénom)
        • d’où venez vous ? (nationalité)
        • quel est votre visa actuel ? (étudiant, working holidays, etc.)
        • quelle langue savez-vous parler ? (anglais, japonais, etc.)
      • Votre expérience professionnelle :
        • nombre d’années d’expériences dans le ou les domaines,
        • ce que vous êtes capable de faire,
        • les outils/technologies que vous maîtrisez.
      • Votre motivation pour rejoindre l’entreprise dans laquelle vous postulez,
      • N’oubliez pas de commencer et finir votre lettre par une phrase de politesse,
      • La lettre de motivation doit bien entendu être écrite en japonais si vous postulez à une entreprise japonaise et en anglais si vous postulez à une entreprise non japonaise,
      • Normalement la lettre de motivation doit être écrite en langage honorifique (keigo) mais je recommande de ne pas le faire (sauf si vous maîtrisé le keigo),

      Écrivez une lettre de motivation en japonais avec des mots que vous connaissez. Cela donnera une idée de votre niveau à l’écrit. Il vaut mieux être honnête.

      Enfin, lorsque vous aurez envoyé votre CV en japonais et votre lettre de motivation, il faudra préparer votre entretien d’embauche au Japon. Pour trouver un emploi et obtenir un visa de travail, il faudra préparer très correctement votre entretien. Selon la nationalité des entreprises (japonaises ou internationales), il faudra parler en anglais ou en japonais.

      Pour finaliser ce guide complet sur la recherche d’un travail au Japon, je vous invite à rejoindre la dernière étape qui consiste à préparer votre entretien d’embauche au Japon.

      Cet article vous a plu ?

      Soyez au courant de la sortie des nouveaux articles

      Guides d’emploi au Japon

      Travailler à Yamato au Japon

      Travailler à Yamato au Japon

      Je vous parle de mon incroyable expérience d’une semaine de baito dans le tri de colis à Yamato transport au Japon

      Partagez votre avis

      Sunshine Aquarium à Ikebukuro

      Sunshine Aquarium à Ikebukuro

      Sunshine aquarium

      L’aquarium d’Ikebukuro

      Transport

      Trains & métros

      Visite

      Découverte

      Voir plus

      Plus de guides

      Commentaire

      Votre avis

      L’aquarium du quartier d’Ikebukuro se situe dans un des immeubles du Sunshine City (サンシャインシティ). Il s’agit d’un gigantesque espace où se trouve quatre immeubles contenant chacun diverses activités. C’est une véritable petite ville très animée.

      La tour la plus haute est le « Sunshine 60 », un immeuble contenant de nombreux restaurants, dont un observatoire vous permettant d’admirer le quartier d’Ikebukuro et ses alentours. La seconde tour appelée « Prince Hotel » est un hôtel de plusieurs étages, des magasins et restaurants. Le bâtiment suivant est consacré à diverses salles d’exposition telles que le « Sunshine Aquarium », un planétarium et plus. Enfin le quatrième immeuble est quant à lui dédié à d’autres salles d’exposition dont un musée.

      Lorsque je vivais à Tokyo en 2019, j’avais souvent entendu parler de l’aquarium de Ikebukuro. Il était temps pour moi d’y faire un tour et c’est avec plaisir que je vais donc vous parler de l’aquarium du Sunshine City.

      Se rendre au Sunshine aquarium

      Informations

      Pour aller à Sunshine City, vous pouvez acheter un ticket de train en gare. Mais je vous recommande d’utiliser une carte de transport (8€) que vous pouvez recharger facilement.

      À partir de la gare d’Ikebukuro, pour se rendre à l’aquarium, vous avez deux possibilitées :

        • Vous pouvez utiliser la ligne de métro « Yurakucho Line » qui vous rapprochera de l’aquarium à pied.
        • Sinon, et ce que je recommande si vous avez le temps, c’est de sortir de la gare d’Ikebukuro et de vous rendre à l’aquarium à pied. Vous en aurez pour environ 15 minutes à pied. Cela vous permettra de traverser les rues animées du quartier d’Ikebukuro.

      Guide d’utilisation : carte de transport Suica

      Transports près du Sunshine City

      logo Yurakucho line

      Yurakucho Line

      Accessible à partir de la gare de Higashi-Ikebukuro

      Découvrir Sunshine City

      Visite guidée au Sunshine Aquarium

      L’aquarium est situé sur le toit du bâtiment de magasin d’importation mondiale à Ikebukuro. L’aquarium est ouvert de 9h30 jusqu’à 21h00.

      Après avoir pris votre ticket (20€ environ), un ascenseur vous emmènera au dernier étage du bâtiment. Le toit est aménagé avec divers bassins modernes et une végétation rendant l’environnement tropical. Vous trouverez quelques cartes disponibles vous permettant de vous guider à travers l’aquarium.

      Le toit se divise en 2 grands espaces : une zone ouverte pour certains animaux et une zone dans le noir pour les poissons.

      L’espace aux otaries et aux pingouins

      L’espace du toit ouvert est divisé en plusieurs zones pour divers animaux marins.

      Une zone est consacrée à un petit spectacle d’otaries, une autre zone permet de voir à travers une vitre, un grand bassin pour de petits pingouins.

      Enfin, l’espace le plus accueillant est une piscine circulaire pour otaries, qui permet de les voir nager et s’amuser entre eux.

      L’espace aux poissons

      L’espace du toit ouvert est divisé en plusieurs zones pour divers animaux marins. Une zone est consacrée à un petit spectacle d’otaries, une autre zone permet de voir à travers une vitre, un grand bassin pour de petits pingouins. Enfin, l’espace le plus accueillant est une piscine circulaire pour otaries, qui permet de les voir nager et s’amuser entre eux.

      La seconde partie de l’exposition nous plonge dans un espace sombre de plusieurs aquariums avec une grande variété de poissons. J’ai particulièrement apprécié cette zone dans le noir. Les différents aquariums étaient plutôt modernes, avec de très jolis coraux lumineux. J’avais l’impression de voir la vie sous l’eau. Les nombreux poissons m’ont semblé vivre correctement dans un environnement leur correspondant.

      En me rendant dans un zoo, un aquarium ou tout autre parc à animaux, il est possible de constater si les animaux sont biens traités.

      Hormis une raie qui m’a semblé un peu grande pour son petit aquarium, j’ai trouvé que la plupart des poissons se sentaient vivre agréablement dans un environnement spacieux et en couleur.

      Devant chaque aquarium, vous avez la possibilité de retrouver tous les descriptifs et informations sur les poissons (en anglais et en japonais).

      En terminant votre visite du Sunshine Aquarium, une dernière salle vous permet d’acheter des souvenirs.

      Ce guide vous a plu ?

      Soyez au courant de la sortie des nouveaux guides

      Derniers guides à Tokyo

      Partagez votre avis

      Higashinakano, aux portes des quartiers animés

      Higashinakano, aux portes des quartiers animés

      Higashinakano

      Guide à Higashinakano

      Transport

      Trains & métros

      Visite

      Découverte

      Organisation

      Préparez-vous

      Commentaire

      Votre avis

      Higashinakano (東中野) est une petite ville calme et agréable située entre les quartiers populaires de Nakano et Shinjuku à Tokyo. Si vous lisez cet article, sachez que c’est un plaisir pour moi de vous parler de ce quartier car c’est dans cette ville que mon aventure a débuté au Japon.

      Lorsque je me suis rendu pour la première fois au Japon, je me suis installé 1 an à Higashinakano. C’est là-bas que j’ai pu trouver une sharehouse à proximité de l’école Toshin Language School, dans laquelle j’ai étudié le japonais.

      À travers ce nouveau guide de voyage, je vais donc vous parler de ma vie quotidienne à Higashinakano en vous faisant découvrir ses activités locales, ses restaurants et ses quartiers voisins.

      Se rendre à Higashinakano

      Informations

      Pour aller à Higashinakano, vous pouvez acheter un ticket de train en gare.

      Toutefois, il est recommandé d’utiliser une carte de transport (8€) que vous pouvez recharger facilement.

      Guide d’utilisation : carte de transport Suica

      Transports à Higashinakano

      Logo Chûô-Sôbu Line

      Chûô-Sôbu Line

      Accessible à partir de la gare de Higashinakano

      Découvrir Higashinakano

      Visite guidée à Higashinakano

      Visite

      Lieux à visiter

      Restaurant

      Un petit creux ?

      Activité

      Événements

      Voir plus

      Plus de guides

      C’est dans la petite ville de Higashinakano que le début de mon aventure a commencé au Japon. J’aurai pu vivre ailleurs, comme dans un quartier plus populaire mais Higashinakano était la seule ville la plus proche de mon école de japonais et dans laquelle je pouvais vivre dans une sharehouse avec ma propre chambre.

      Je me souviens encore du premier jour, lorsque j’ai atterri à l’aéroport de Narita. Ce jour-là, j’avais noté sur mon téléphone, tous les trains que je devais utiliser pour me rendre à la sharehouse que j’avais réservé. Arrivé à la gare de Higashinakano, je regardais mon plan pour rejoindre la sharehouse. C’est alors qu’un petit papi était venu à ma rencontre pour m’aider à trouver le chemin. Je n’ai pas compris grand chose, alors nous nous sommes rendu au kôban (poste de police) près de la gare. Les policiers ont pu m’aider en m’indiquant le chemin.

      En marchant en direction de ma sharehouse, j’ai croisé pour la première fois cet arbre ceriser entièrement blanc. L’arbre est celui de la photo prise durant l’été. À chaque fois que je devais rejoindre la gare de Higashinakano, je croisais ce gigantesque arbre. Quelques minutes plus loin, en m’enfonçant dans les petites rues traditionnelles du quartier, je finis par atteindre ma sharehouse.

      Pour vivre cette première expérience au Japon, je tenais à m’installer dans une sharehouse afin d’échanger avec les autres locataires, et pourquoi pas, améliorer mon niveau de japonais.

      Retour d’expérience : Mon avis sur les sharehouse au Japon

      Les sanctuaires à Higashinakano

      Le quartier de Higashinakano n’était pas immense mais il était tout de même possible de tomber par hasard sur divers sanctuaires.

      En me rendant à la sharehouse, le chemin me faisait toujours passer devant un torii de pierre marquant l’entrée du minuscule sanctuaire « Dairokuten ». Ce sanctuaire semblait abandonné car je n’ai jamais vu personne prier et les herbes étaient hautes.

      Un peu plus loin de ma sharehouse, j’avais aussi découvert en vélo le sanctuaire « Hikawa ». Celui-ci était bien plus grand puisqu’il était possible de voir plusieurs salles, des komainu (statues de chiens en pierre) et même un chôzuya (fontaine pour se purifier) dans l’enceinte du sanctuaire.

      La rivière Kanda à Higashinakano

      La Kanda River est une rivière qui traverse quelques quartiers à Tokyo. À Higashinakano, vous pouvez longer la rivière Kanda aussi bien à pied qu’en vélo. Ce qui est fort agréable durant les saisons printanières et estivales sous les arbres à fleurs de sakura.

      Bien que peu connue, la rivière Kanda de Higashinakano offre une vue exceptionnelle en face du pont sur lequel circule la ligne de train Chûô-Sôbu. Idéal pour tous les amateurs en photographie.

      Manger et boire à Higashinakano

      Restaurants à Higashinakano

      Passer 1 an à Higashinakano ne se résumait pas uniquement à me rendre à l’école tous les après-midi. Bien au contraire, j’en ai profité pour découvrir un peu plus mon quartier et ses quelques restaurants. Alors certes je ne les ai pas tous fait mais j’ai découvert en particulier un restaurant de ramen que je vous partagerais avec plaisir.

      Kaedeya

      Le restaurant de ramen s’appelle « Kaedeya » et est situé à 2 minutes à pied de la gare de Higashinakano.

      Kaedeya est principalement géré par une seule et même personne, un homme de famille assez âgé (70 ans je dirais).

      Parfois je voyais sa femme l’aider pour s’occuper du service.

      Kaedeya semblait très vieux de l’intérieur mais cela ne me dérangeait pas, car cela faisait ressortir une certaine ambiance. De plus, lorsque je savourais mes ramens, on pouvait écouter du classique dans tout le restaurant. C’était vraiment relaxant.

      Pour seulement 4,50€ environ, vous pouvez manger des ramens servis dans de grands bols. Même si le gérant était seul pour s’occuper de la cuisine, il était capable de préparer votre plat en moins de 10 minutes. En attendant, vous pouviez boire du thé glacé servi librement dans des carafes. Le menu proposait une variété de ramen, avec différentes viandes, des légumes, des œufs ou un bouillon avec ou sans épice. Kaedeya était le restaurant que je préférais pour manger des ramens à Tokyo.

      Bars et izakaya à Higashinakano

      À Higashinakano, il y avait un autre restaurant de type izakaya qui me plaisait qui se spécialisait dans la gastronomie française.

      Chouette

      Le restaurant s’appelait « Chouette » et se présentait comme un bar. Dans l’ensemble, l’izakaya était relativement petit. Un premier espace donnait sur le bar avec des chaises hautes mais il était possible de manger. Et une seconde partie, séparé d’un paravent, permettait de manger sur une table.

      Le cuisinier, un japonais, préparait les plats devant vous et je peux vous dire que c’était très bon. Il était possible de manger de la viande, des légumes et toute autre variété de gastronomie française.

      Malheureusement, à l’heure à laquelle j’écris ces lignes, le restaurant semble avoir fermé.

      Activités à Higashinakano

      Faire du vélo à Higashinakano

      La sharehouse se situait à 25 minutes à pied de mon école de japonais à Takadanobaba. Le chemin pour me rendre à l’école était très agréable puisqu’il longeait la rivière Kanda sous les arbres cerisier de couleur rose. Autant dire que je vivais mes premiers jours comme dans un film d’animation japonaise.

      Au bout de 2 mois, lorsque l’été approchait, j’ai décidé d’acheter un vélo pour me rendre plus rapidement à l’école (environ 15 min). Marcher 25 minutes en plein cagnard avec un taux d’humidité très élevé rendait ma promenade beaucoup moins appréciable.

      C’est dans une petite boutique à Higashinakano que j’avais acheté un vélo neuf pour environ 140€. C’était un très bon investissement puisqu’il me permettait de me déplacer plus rapidement, de découvrir les quartiers voisins mais aussi de me rendre au supermarché sans encombre.

      Avant de me rendre à mes premiers cours de japonais, je me suis rendu à la mairie de Nakano pour demander et déclarer quelques documents administratifs. Au début, j’y allais avec la ligne de train « Chûô-Sôbu line » puis en vélo. On peut dire que cet achat m’a été d’une grande aide et m’a permi de faire quelques économies.

      Aller chez le coiffeur à Higashinakano

      Enfin pour faire le tour sur ma vie quotidienne dans la petite ville d’Higashinakano, j’allais une fois tous les 3 mois dans un coiffeur plutôt moderne. Ce salon de coiffure s’appelle « Asty SOA Hair » et est très professionnel. Le salon est d’une alure blanc éclatant, assez luxueux.

      Bien que les prix étaient un peu exorbitant, pour une première fois chez le coiffeur au Japon, j’étais totalement accueilli avec le sourire. Le salon était très équipé et le service très bon.

      Retour d’expérience : Mon avis sur les coiffeurs au Japon

      Le festival o-bon à Higashinakano

      O-bon (お盆) est un festival bouddhiste japonais qui honneur les esprits des ancêtres.

      Cette fête religieuse est devenue aujourd’hui une fête de famille où les japonais retournent dans leur ville natale pour s’occuper des tombes de leurs ancêtres.

      Au cours de ce festival qui dure 3 jours, les japonais se réunissent pour danser le « Bon odori » ou « danse Bon »

      Lors de ma première année au Japon, un soir en me promenant, j’ai eu la chance de découvrir ce festival de la fête des morts.

      Préparez votre visite à Higashinakano

      Préparer son sac pour Higashinakano

      Pour bien préparer votre visite à Higashinakano, il est recommandé de partir avec quelques matériels. Comme la mignonne petite ville de Higashinakano plaira particulièrement aux photographes, pensez à vous équiper d’une batterie portable et d’une serviette en microfibre, pour les journées ensoleillée. Votre journée sera beaucoup plus agréable.

      À Higashinakano, vous croiserez régulièrement des distributeurs automatiques pour vous désaltérer ou des supérettes (Seven eleven dans le centre ville, Family mart près de la gare) pour les petites faims.

      Si aujourd’hui vous avez prévu d’étudier le japonais à l’école Toshin Language School, je ne peux que vous recommander de vous installer dans la petite ville de Higashinakano. En tout cas, je ne regrette pas d’avoir posé mes valises dans cette ville qui m’a permi de trouver mes repères dans la tranquilité.

      Trouver un guide près de Higashinakano

      Réserver une voiture près de Higashinakano

      Lorsque j’ai vécu à Higashinakano, j’avais réservé ma première voiture pour me rendre à un rassemblement automobile à Yokohama. Pour cela, j’étais passé par la société « Nippon Rent-a-car » qui avait une agence de location de voitures à Higashinakano.

      Si vous réservez une voiture auprès de cette même agence, profitez du guide que j’ai rédigé pour bien choisir votre voiture et les assurances.

      Toutefois si vous ne vivez pas à Higashinakano et que vous recherchez une autre agence de location de voitures, vous pouvez utiliser le service Rentalcars. Ce comparateur vous aiderez à localiser une agence de location de voitures près de chez vous.

      Réserver un hôtel près de Higashinakano

      logo Booking.com

      Ce guide vous a plu ?

      Soyez au courant de la sortie des nouveaux guides

      Derniers guides à Tokyo

      Partagez votre avis

      Ebook - 6 étapes pour s'installer au Japon

      Guide offert !

      « 6 étapes pour s'installer au Japon »


      - 60 pages détaillées de A à Z,

      - 6 infographies,

      - 5 modèles type pour obtenir votre visa sans erreur

      - Dossier validé à 100% !

      Envoi réussi ! Veuillez vérifier votre boîte de réception